Commémoration du 11 novembre : transmission de la mémoire

Le 2 août 1914, lorsqu'éclata la première guerre mondiale, Maurice SIEKLUCKI, jeune tourangeau d'origine polonaise, avait 21 ans. Dès le lendemain, cet étudiant en droit à peine sorti de l'adolescence rejoignit son régiment et, après une courte période d'instruction, fut envoyé au front. Dès lors, il adressa à sa famille des lettres dans lesquelles il décrivait, après l'enthousiasme des débuts, la peur, la faim, le froid, l'horreur des combats et la misère des conditions de vie.

Ce sont des extraits de ces lettres que plusieurs élèves de la classe de CM1-CM2 ont lus à l'occasion de ce 99ème anniversaire de l'armistice du 11 novembre 1918.

Certes, ce n'est que la pluie qui perlait sur les visages mais les gorges se sont serrées à l'évocation des souffrances  partagées par les millions de soldats qui ont perdu l'innocence de leur jeunesse, et trop souvent leur vie, dans l'effroyable boucherie que fut ce conflit.

Pages